Les dernières actualités

precedente - 1 2 3 4 5 - ... - 16 17 18 19 20 - suivante

AIDE A UNE PROTECTRICE INDEPENDANTE le 05/09/2011 à 17:30:46

Lundi 29 août, Julie, une protectrice indépendante d'Ivry sur Seine, lançait un SOS sur internet. Depuis plusieurs semaines, elle voyait un de "ses" chats du cimetière dépérir. Il ne mangeait plus, maigrissait bien entendu mais de plus, il saignait (sans pouvoir localiser d'où) et elle pensait que son oeil était crevé tant il était abîmé. Elle n'arrivait pas à l'attraper et demandait de l'aide. Comme personne habitant près d'Ivry ne se proposait, j'y suis allée, accompagnée de Marilyn.

Mardi 30 août, nous avons rejoint Julie à 18H après son travail.

A l'aide de mon épuisette, nous avons réussi à le capturer assez facilement.

Nous nous sommes rendues chez un vétérinaire qui avait été conseillé à Julie par une association. Etant donné l'heure (18h45), ce vétérinaire n'a pas voulu examiner le chat. Julie lui a fait remarquer qu'il était en très mauvais état et que peut-être il serait obligé de l'euthanasier alors qu'il valait mieux l'examiner de suite plutôt que de le laisser souffrir une nuit de plus. Elle lui a dit aussi que j'avais fait 100 kms pour venir et que je souhaitais repartir avec ma boîte de transport. Il lui a répondu "si elle veut sa boîte, elle prend le chat avec". Il lui a également dit qu'il ne voulait plus s'occuper de chats sauvages. Nous sommes donc reparties avec notre chat chez un autre vétérinaire qui n'a pas regardé sa montre, qui l'a anesthésié pour l'examiner et qui a diagnostiqué un cancer. Il a eu beaucoup de mal à lui ouvrir la bouche. Il avait une grosse masse sur la mâchoire. Tout le côté gauche de la tête était atteint, d'où l'état de son oeil. D'après le vétérinaire, il devait souffrir. Sur ses conseils, nous avons décidé de l'envoyer au paradis des chats. Ce malheureux est délivré de ses souffrances.

SUITE FERMETURE DES VIDES SANITAIRES AUX COSAQUES DE MAGNY EN VEXIN le 11/06/2011 à 21:34:21

Comme prévu, lundi 30 mai, 3 personnes d'une entreprise sont descendues dans les vides sanitaires pour épandre du répulsif.

Mardi 31, 2 de ces personnes sont redescendues, ont remis du répulsif et ont constaté qu'il n'y avait plus de chat.

Mercredi 1er juin, après une dernière visite, le responsable m'affirmait qu'il ne restait aucun chat.

L'ouverture du vide sanitaire a alors été bétonnée.

Nous avons, par mesure de précaution, installé deux trappes car, même s'il n'y avait qu'une ouverture pour le passage des chats dans le bâtiment 3, il communiquait avec le bâtiment 1.

Mercredi 1er juin au soir, il y avait une chatte dans la trappe du bâtiment 3. Chatte allaitante !!!

Jeudi matin 2 juin, nous remettions la trappe et jeudi soir nous avions un deuxième chat dedans. Celui ci était tatoué, notre association l'avait déjà fait stérilisé. Nous l'avons relâché et remis la trappe.

Vendredi 3 juin au matin, le thon n'était plus dns la trappe mais elle ne s'était pas déclanchée. Le responsable de l'entreprise est descendu dans le vide sanitaire. Ne pouvant descendre moi-même (puisque opérée d'un pied), une de mes amies l'a accompagné. Ils ont aperçu un chat. Ils ont réactivé la trappe et mon amie et moi avons attendu. Une heure après, le chat était dedans, tatoué et castré lui aussi par notre association. Nous l'avons relâché et remis la trappe.

Avant de partir, le responsable me suggérait de mettre la deuxième trappe, celle qui était dans le bâtiment 1, dans le 3 puisque dans le 1 nous n'avions jamais rien pris. Il était persuadé que les chats n'allaient pas jusqu'à ce bâtiment. Je lui ai demandé de vérifier quand même. Et bingo, il y en avait une dedans, tatouée par nous également. Nous avons donc remis cette trappe en fonctionnement aussi mais depuis, plus rien.

Par contre, dans le bâtiment 3, vendredi soir, il y avait encore une chatte, non stérilisée.

Samedi matin, encore un chat tatoué.

Depuis, mon mari m'emmène matin et soir (je ne peux toujours pas conduire) relever les trappes mais il semble que cette fois, ils sont tous sortis. Nous en avons sauvé 6 d'une mort affreuse.

Lundi 6 juin, en fin d'après-midi, la gardienne m'appelle. Une locataire du bâtiment 9 entendait, depuis le samedi soir, un chaton pleurer dans une gaine de ventilation. A notre arrivée, en effet, nous entendons un miaulement sourd. Dès que nous avons ouvert le vide sanitaire, nous l'avons entendu beaucoup plus distinctement.Il était tout près. Mon mari a posé une ratière et nous avons attendu. Le chaton miaulait toujours mais ne bougeait pas. Un locataire est descendu et l'a attrapé à la main.

Nous avons laissé la ratière en place. Mardi matin, rien dedans. Mardi soir, rien. Mercredi matin, un chaton !!!! Nous avons encore bien fait de persévérer.

Cette petite minette n'est pas en très grande forme. J'ai même cru hier qu'elle allait mourir. Elle ne mangeait plus et était en hypothermie (34°)

Je l'ai gavée, mis des bouillottes, lui ai massé le ventre car elle n'avait pas été à la selle depuis mercredi et aujourd'hui, alors que je m'aprêtais à la réhydrater en sous cutané, elle s'est remise à manger. J'espère vraiment qu'elle va s'en sortir !!!

Je n'ose pas enlever mes trappes non plus !!! même si depuis plusieurs jours je suis bredouille.

TRISTE FIN le 07/06/2011 à 15:12:38

Les 4 chatons arrivés de Clermont Ferrand n'ont, malheureusement, pas survécu. Sans doute ont-ils souffert du manque d'eau et de nourriture pendant leur périple. La maman qui les avait tout de suite pris sous son aile n'a pas pu les allaiter très longtemps, elle n'avait plus de lait.

Ils ont eu le coryza et n'ont pas résisté à la maladie.
C'était trop beau !!!

UNE HISTOIRE QUI AURAIT PU ETRE DRAMATIQUE MAIS QUI A UNE FIN HEUREUSE le 13/05/2011 à 14:48:53

Le 9 mai 2011, une moissonneuse batteuse était chargée, à Clermont Ferrand, sur un porte chars, à destination d'Etrépagny.
Arrivée le 11 mai.
Ce vendredi 13, au moment de la démarrer, elle ne veut rien savoir. L'agriculteur cherche la panne et trouve .... 4 chatons.
Ils sont amenés chez Françoise qui a déjà recueilli, lundi 9 mai, une maman et son petit, trouvés dans une entreprise à Tourny.
La chatte, entendant les petits piailler de faim est entrée dans la boite de transport. Elle s'agrippait à la boite pour ne pas que Françoise la sorte.
Françoise l'a installée dans un panier et a déposé les bébés avec elle. Elle les a immédiatement léchés et s'est mise en position pour qu'ils la tètent.
Quel bonheur de les voir !!!
Mais nous pensons à la pauvre maman restée à Clermont et qui a dû chercher ses petits.
Combien de portées fera t'elle encore ?

FERMETURE DE VIDE SANITAIRE AUX COSAQUES DE MAGNY EN VEXIN le 13/05/2011 à 09:05:26

En 2009, Val d'Oise Habitat avait fait procéder à la fermeture de vides sanitaires emmurant ainsi 3 chats. Grâce à une locataire qui nous avait prévenues, nous avions pu les sortir par une trappe donnant dans le hall d'accueil. Malheureusement, une chatte âgée avait été intoxiquée par les fumigènes répandus par la société chargée de la fermeture. Nous avions dû la faire euthanasier. Nous avions alors déposé plainte contre Val d'Oise Habitat pour acte de cruauté envers animaux.

Il y a quelques semaines, nous avons appris, toujours par la même locataire, qu'ils allaient fermer deux autres vides sanitaires. Nous avons pris contact et mercredi, nous avons eu une réunion avec la direction. Bien que nous attendons avec un peu d'angoisse la réalisation des travaux, nous sommes satisfaites des mesures prises.
Nous avions demandé à descendre (en nombre)dans les vides sanitaires de manière à ratisser le moindre recoin et faire sortir TOUS les chats. Cela nous est interdit. Des poches de gaz se formeraient dans les vides sanitaires, dû aux excréments, aux cadavres d'animaux, aux fuites d'évacuations, etc...) Trois ouvriers de chez Véolia auraient trouvé la mort (pas à Magny) c'est pourquoi il y a interdiction de descendre sans bouteilles d'oxygène.
Val d'Oise Habitat et la société MHP ont été à notre écoute et voilà comment ils vont procéder :

Dans un premier temps, il sera répandu un répulsif qui nous a été présenté comme NON TOXIQUE (nous sommes en cours de recherches).
Dans un deuxième temps, l'entreprise descendra dans le vide sanitaire, munie d'une caméra de surveillance. Nous pourrons de l'extérieur, contrôler s'il reste des chats. En même temps, les issues seront bouchées.
Dans un troisième temps, nous mettrons des trappes (pour être certaines qu'il ne reste aucun chat)en passant par le hall d'accueil. La gardienne nous prêtera un badge de manière à ce que nous puissions venir surveiller nos trappes.
Il ne nous reste plus qu'à acheter des niches car nous avons l'accord pour installer des abris pour ces pauvres minous chassés du seul endroit où ils pouvaient se réfugier.
Val d'Oise Habitat s'est engagé à clôturer l'endroit où nous installerons ces niches pour éviter les dégradations et vols.
Quel progrès par rapport à 2009 !!! Comme quoi, il ne faut jamais baisser les bras !!!

precedente - 1 2 3 4 5 - ... - 16 17 18 19 20 - suivante